Outrage sur le meurtre incessant de la police

Outrage sur le meurtre incessant de la police

Déclaration des Directeurs Régionaux de CASA, CASA de Maryland central, de Pennsylvanie, de Virginie et du Directeur exécutif

8 juin 2020 – Alors que le soulèvement à Minneapolis se poursuit et que des villes de tout le pays se joignent aux protestations contre les meurtres sanctionnés par l’État de George Floyd et de Breonna Taylor, Les directeurs régionaux de Casa de Maryland, Lydia Walther-Rodriguez Directrice de CASA de Maryland Central, Thais Carrero, le Directeur de CASA de Pennsylvanie, Luis Aguilar, Directeur de CASA de Virginie et le Directeur exécutif, Gustavo Torres, ont publié la déclaration suivante au nom de l’organisation:

“La famille CASA exprime sa plus profonde sympathie et sa solidarité avec les familles de George Floyd, Breonna Taylor et les communautés de Minneapolis, Louisville et de tout le pays qui continuent à témoigner sans cesse de la dévalorisation de la vie des Noirs par une police raciste alimentée par un système qui ne rend pas de comptes. Les meurtres persistants de vies noires aux mains de la police continuent de nous laisser dans un état de deuil constant et un chagrin qui ne pourra jamais être guéri. Pourtant, ces récentes tragédies nous rappellent constamment l’existence d’un système dont les fondements reposent sur la suprématie blanche et qui doit être démantelé ; un système coupable de tuer nos frères et sœurs en garde à vue et le même système coupable d’expulser et de séparer nos familles.

“Situé entre les meurtres de George Floyd et de Breonna Taylor se trouve le cinquième anniversaire du meurtre de Freddie Gray ; un meurtre catastrophique de la police dans notre ville de Baltimore, qui a produit un soulèvement populaire et lancé des mois de plaidoyer qui ont conduit le Département de la Justice à rompre enfin son silence, à ouvrir une enquête sur le Département de police de la ville de Baltimore, et enfin à enregistrer (dans ses conclusions) des centaines de pratiques policières inconstitutionnelles qui ont conduit au décret de consentement actuel de nos villes.

“Des réformes mineures de l’État ont également été adoptées dans la déclaration des droits des agents de la force publique du Maryland (LEOBOR), bien que les audiences pour ces réformes se soient déroulées avec des dizaines de policiers, portant des uniformes et des armes, inondant notre Casa de Maryland, et riant littéralement au visage des mères noires qui ont témoigné que leurs fils avaient été assassinés par ceux qu’elles appelaient leurs collègues. Le manque de respect flagrant pour la vie des Noirs par ceux qui portent l’uniforme a alimenté un mouvement communautaire soutenu qui se poursuit aujourd’hui à Baltimore, engageant profondément les résidents noirs et métis dans des négociations visant au moins à mieux réglementer la police en exigeant des réformes politiques pour entamer un processus de transparence et de responsabilité de la police.

“Alors que nous avons uni nos forces au sein de coalitions pour lutter contre le système et travailler avec diligence pour le réformer, les morts continuent sans relâche. Leonard Shand à Hyattsville et Robert White à Silver Spring. Korryn Gaines à Randallstown et plus récemment Finan Berhe à Silver Spring. Et maintenant, nous pleurons George Floyd et Breonna Taylor. Les communautés dans lesquelles vivent les membres de la CASA – de Maryland à la Pennsylvanie en passant par la Virginie – sont également confrontées à une crise de pratiques policières abusives. Nos communautés sont soumises à une surveillance constante, mais selon la majorité des lois de l’État, personne ne surveille la police, sauf la police. Nous n’avons pas besoin de chercher jusqu’à Minneapolis la preuve d’un système qui continue à permettre à des policiers de commettre des meurtres et des brutalités répétées dans les rues. Sur la côte Est, un officier a été relâché pour assassiner Anton Black, engagé à Greensboro, Maryland, malgré près de 30 rapports d’utilisation de la force provenant d’un service de police voisin. C’est exactement ce qui arrive lorsque la police fait elle-même la police. Combien d’Amy Coopers faut-il filmer avant de reconnaître que la police de ce pays est armée contre nous, et qu’elle a besoin d’une transformation structurelle?

“Nous continuerons à être aux côtés de nos partenaires pour exiger une restructuration fondamentale de la police, il ne s’agit pas d’un seul policier – bon ou mauvais. Il s’agit d’un système qui sur-police des quartiers traumatisés, sert au gré des malfaiteurs racistes, qu’ils soient individus ou institutions, abhorre la transparence et protège ses acteurs quel que soit le mal qu’ils commettent.

“Au cours des trois dernières décennies, les gouvernements des États et le gouvernement fédéral ont augmenté de façon exponentielle leurs budgets consacrés à la criminalisation, au maintien de l’ordre, à la déportation et à l’incarcération de masse tout en réduisant considérablement les investissements dans les infrastructures essentielles et les programmes de protection sociale. Nous devons inverser cette équation dramatique. Nous savons que pour vraiment servir notre communauté, il est impératif de fournir un salaire digne, un accès accru aux services de santé, une opportunité d’éducation équitable et un logement abordable – et non de surpolicier nos communautés. Combien d’autres actes de suprématie blanche comme ceux de Charlottesville, en Virginie, doivent se produire avant que d’autres ne se joignent à la contestation des structures sociétales qui nuisent à la vie des Noirs et ne parviennent pas à élever le pouvoir des Noirs. Combien d’autres vies noires doivent mourir aux mains de la police?

“Les membres de la CASA, ensemble avec nos partenaires, continueront avec audace à rechercher la justice par une action collective pour éradiquer un système de police construit pour maintenir des pratiques racistes. Nous demandons instamment aux dirigeants locaux et nationaux de faire preuve de fermeté et de soutenir une législation qui oblige à rendre compte des meurtres, des brutalités et des comportements répréhensibles sanctionnés par l’État et qui empêche les agents racistes d’entrer dans la police et de sortir de nos rues”.

Web design by IndieTech Solutions